English Français

Le projet RIIG, le « recueil informatisé des inscriptions gauloises », est un projet ANR JCJC qui a débuté le 1er janvier 2020, pour une durée de 4 années (48 mois). Il vise à une editio maior et pérennisée des inscriptions en langue gauloise du territoire français connues à ce jour, à la mise à jour et à la modernisation des éditions précédentes, à la publication renouvelée de chaque inscription avec une contextualisation précise, à la préparation d’une analyse sociolinguistique, et à la mise à disposition d’une bibliographie archéologique et linguistique actualisées.


L’étude de l'épigraphie gauloise est un domaine qui suscite la curiosité d'un large public au-delà du monde de la recherche. Plusieurs synthèses de haut niveau ont été publiées et récemment rééditées, comme La langue gauloise de P.-Y. Lambert (20183) et le Dictionnaire de la langue gauloise de X. Delamarre (20183). Néanmoins, en ce qui concerne l’édition même des textes, la situation de la recherche reste problématique. Actuellement, les données sont éparpillées dans diverses publications, dont certaines sont aujourd’hui anciennes : bien sûr les cinq volumes du RIG (Recueil des Inscriptions gauloises) dont notre projet tire son nom, qui ont été publiés sur une période de dix-sept ans (1985-2002) plus tard complétés par une série de suppléments, le plus souvent publiés dans la revue Études Celtiques. Le cœur du travail du projet RIIG est avant tout une édition des textes replacés dans leur contexte matériel. Notre ambition est de proposer une édition en ligne Open Access révisée, étendue et dynamique de tous les textes gaulois connus à ce jour, qui constituera une mise à jour majeure des précieux RIG.

En plus de l’analyse linguistique, trois aspects seront privilégiés dans la création du RIIG : le contexte archéologique, l’interprétation sociolinguistique et la datation des textes. Ces trois éléments n’étaient pas systématiquement visibles dans les commentaires du RIG, qui doivent être complétés et enrichis.

La documentation archéologique mise à la disposition des éditeurs du RIG était inégale et aujourd'hui, nous pouvons tirer parti de nouvelles études de sites et de nouvelles synthèses sur le matériel archéologique. Il s’agira donc d'harmoniser la présentation de ces données et, en particulier, de lancer une enquête systématique sur les inédits et notamment les graffites sur céramique, qu’ils soient latins ou gaulois, afin de pouvoir les comparer entre eux à tous les niveaux (type d’écriture, fonction/but, utilisation).